Date : 04-12-2008

Les engagements des formations politiques québécoises en matière de culture: MALHEUREUSEMENT, PEU DE MESURES STRUCTURANTES POUR LE MILIEU DES ARTS ET DES LETTRES

Le Mouvement pour les arts et les lettres constate que dans le cadre de la présente campagne électorale, les cinq principales formations politiques (Parti libéral du Québec, Action démocratique du Québec, Parti Québécois, Parti Vert et Québec Solidaire) ont chacune présenté des engagements en matière de soutien aux arts et à la culture.  De plus, ces diverses plateformes ont été abondamment répercutées et commentées dans les médias.  Une fois n’est pas coutume !

Chacun des partis a présenté un éventail de mesures, conséquentes à leur philosophie politique respective, qui parfois présentait un grand intérêt. Le M.A.L. ne souhaite pas faire aujourd’hui une analyse comparative des plateformes de chacun des partis, ni qualifier les diverses mesures proposées, ni évaluer leur faisabilité ou leur pertinence.  Encore moins supputer sur ce qui tient de la promesse électorale classique et de l’engagement ferme.
 
Toutefois, au moment où la campagne se termine, le M.A.L. souhaite revenir sur sa revendication fondamentale, celle qui a justifiée la création du Mouvement, il y a maintenant près de dix ans. 
 
Le MAL revendique auprès du gouvernement du Québec une hausse substantielle et récurrente des budgets du Conseil des arts et des lettres du Québec consacrés à ses programmes d’aide aux artistes, aux artisans et aux écrivains ainsi qu’aux structures de création, de production et de diffusion de l’ensemble du secteur des arts et des lettres.
 
Le MAL soutient que l’insuffisance des budgets du CALQ maintient dans la précarité plus de 14 000 artistes professionnels, artisans, écrivains et travailleurs culturels œuvrant sur l’ensemble du territoire québécois et fragilise, jusqu’au point de rupture, un nombre croissant d’organismes de création, de production et de diffusion.
 
S’appuyant sur une étude économique qu’il a rendue publique en avril dernier, le M.A.L. demande que le budget récurrent du CALQ, qui s’élève aujourd’hui à 89 M $, soit porté à 125 M $.  Cette hausse s’impose d’autant plus, et de façon urgente, à la suite des importantes coupures de programmes annoncées par le gouvernement fédéral et alors que nous entrons, selon les mots mêmes du Premier Ministre Charest, dans une véritable tempête économique.
 
Dans ce contexte, quels ont été les engagements des divers partis politiques à l’égard du financement du CALQ durant la présente campagne ?
 
Parti libéral du Québec : aucun engagement monétaire ferme à l’égard du CALQ;
Action démocratique du Québec hausse de 15 M $ du budget du CALQ, sans préciser d’horizon temporel. Le M.A.L. déplore cependant que l’ADQ s’immisce dans les politiques du CALQ en imposant l’affectation à des programmes précis d’une partie des sommes accordées;
Parti Québécois propose une augmentation « graduelle » du budget du CALQ, sans préciser les sommes accordées, ni précision sur un horizon temporel;
Parti Vert propose d’augmenter le financement du CALQ à 180 M $, sans préciser d’horizon temporel;
Québec Solidaire aucun engagement précis à l’égard du financement du CALQ. Mention toutefois d’augmenter substantiellement les budgets dédiés au soutien à la création, à la production et à la diffusion artistique professionnelle (par exemple, les programmes de bourses pour les artistes).
 
Le M.A.L. assure qu’il poursuivra intensivement, au lendemain de l’élection du 8 décembre, ses représentations auprès du Gouvernement du Québec pour qu’il accorde le plus rapidement possible au CALQ les budgets qui lui permettront de remplir pleinement sa mission.  Entre temps, le M.A.L. invite ses 14 000 membres à exercer massivement leur droit de vote ce lundi 8 décembre en ayant en perspective les trois éléments suivants :
 
a) les plateformes respectives des formations politiques en lice;
b) leurs engagements en matière de financement du Conseil des arts et des lettres du Québec;
c) leurs bilans respectif à ce jour en matière de soutien aux arts et à la culture.
 
 
Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe huit organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent près de 14 000 artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels. Le Mouvement est constitué du Conseil québécois du théâtre, du Conseil québécois de la musique, du Conseil des métiers d’art du Québec, du Conseil québécois des arts médiatiques, du Regroupement québécois de la danse, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, de En piste – le regroupement national des arts du cirque – ainsi que des conseils régionaux de la culture de l’Estrie, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Montérégie, du Saguenay, de la Mauricie, du Centre du Québec, de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, de la Gaspésie et de la région de Québec-Chaudières-Appalaches. La mission des conseils régionaux de la culture est d’appuyer le développement des arts et de la culture dans leur région.
 
Source :
Mouvement pour les arts et les lettres
Renseignements pour les médias et planification d'entrevues :
info@mal.ca · Tél.: 450 788-3258 · Cell.: 450 880-2562