Date : 28-08-2008

Le chef du Parti libéral du Canada, Stéphane Dion, s'est engagé à rétablir les programmes abolis par le gouvernement Conservateur et à faire de la culture un enjeu électoral

Les représentants de plusieurs associations nationales du secteur des arts et des lettres, regroupées au sein du Mouvement pour les arts et les lettres, ont rencontré aujourd’hui le chef du Parti libéral du Canada, Stéphane Dion, afin de lui faire part de leurs inquiétudes devant les décision irrationnelles, inexplicables et toujours inexpliquées du gouvernement Harper de sabrer plus d’une dizaine de programmes destinés à soutenir les milieux des arts et de la culture au Québec et au Canada.  

Ces coupures qui, pour le moment, ne semblent être motivées par rien d’autre que des considérations idéologiques, auront des conséquences catastrophiques sur l’ensemble de l’industrie culturelle québécoise et canadienne et auront plus particulièrement des effets désastreux sur la promotion et l’exportation de nos produits artistiques et culturels à l’étranger.  Selon le M.AL., c’est le rayonnement de notre culture et de nos artistes sur la scène internationale qui sera atteint par ces coupures arbitraires.
 
Les représentants du M.A.L. ont souligné l’importance du programme Un avenir en art qui verse une partie de son financement au Conseil des Arts du Canada et dont ils demandent la reconduction au delà de 2010; ils ont également exposé au chef libéral quels seront les effets directs et concrets des coupures annoncées, par exemple, sur les secteurs du film et de la vidéo indépendantes. Le chef libéral s’est montré très au fait des conséquences des coupures annoncées sur l’ensemble de l’industrie culturelle et déterminé à remettre les arts et de la culture au cœur de la vie publique canadienne.
 
Les représentants du M.A.L. ont d’ailleurs porté à l’attention du chef libéral une autre mesure déplorable qui a été prise  par le gouvernement Harper : celle de faire disparaître à toutes fins utiles la diplomatie culturelle dans le réseau des ambassades canadiennes à travers le monde.  Dans la plupart des ambassades, le poste d’attaché culturel a été aboli au profit des seuls attachés commerciaux.  Selon Monsieur Dion, c’est une autre preuve que le gouvernement conservateur de Stephen Harper considère la culture comme une activité constituant plus une nuisance qu’une contribution au rayonnement et à la réputation du Canada sur la scène internationale.
 
Il a également fait référence au rapport du Conference Board du Canada qui souligne que l’apport majeur des arts et de la culture dans l’économie canadienne.  Le rapport rappelle, entre autres, qu’environ 616 000 personnes travaillent dans le secteur des arts et de la culture au Canada et que celui-ci a généré des bénéfices directs et indirects de tout près de 85 milliards $ en 2007, soit 7,4% du PIB réel du pays.
 
Le M.A.L. a été heureux d’entendre Stéphane Dion prendre une position sans équivoque en faveur des arts et de la culture au Canada et affirmer que si son parti prenait le pouvoir lors de prochaines élections, un gouvernement libéral rétablirait la diplomatie culturelle et maintiendrait les programmes dont l’abolition a été annoncée par le gouvernement actuel. Il a reconnu que le modèle canadien de soutien aux arts fait souvent l’envie du reste du monde et qu’il faut le préserver. Il a aussi rappelé que le rôle d’un chef d’État est de faire valoir la contribution des artistes à la société et non d’exprimer son mépris à leur endroit. Il a rappelé l’importance pour un gouvernement élu de travailler en consultation et en partenariat avec les milieux artistiques et culturels.
 
Les représentants du M.A.L. se sont déclarés encouragés par les propos de Stéphane Dion et la qualité d’écoute de son équipe, et souhaitent que les enjeux touchant la culture au Canada soient au cœur de la prochaine campagne électorale. Le M.A.L. entend effectuer un suivi de tous les instants des engagements qui seront exprimés par son parti et ses candidats en matière de culture et à l’endroit des artistes, et ce, avant, pendant et après la prochaine campagne électorale.
 
 
 
Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe huit organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent près de 14 000 artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels. Le Mouvement est constitué du Conseil québécois du théâtre, du Conseil québécois de la musique, du Conseil des métiers d’art du Québec, du Conseil québécois des arts médiatiques, du Regroupement québécois de la danse, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, de En piste – le regroupement national des arts du cirque – ainsi que des conseils régionaux de la culture de l’Estrie, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Montérégie, du Saguenay, de la Mauricie, du Centre du Québec, de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, de la Gaspésie et de la région de Québec-Chaudières-Appalaches. La mission des conseils régionaux de la culture est d’appuyer le développement des arts et de la culture dans leur région.
 
 
 
 
Source :
Mouvement pour les arts et les lettres
Renseignements pour les médias et planification d'entrevues :
info@mal.ca · Tél.: 450 788-3258 · Cell.: 450 880-2562