Date : 21-02-2007

UN BUDGET CONSTERNANT!

Le Mouvement pour les arts et les lettres (M.A.L.) est amèrement déçu du contenu du budget déposé hier par le gouvernement Charest. « Bien que le ministère de la Culture et des Communications ait eu droit à quelque 26 millions de dollars d’argent neuf, il faut bien constater encore une fois, que rien depuis 2004, n’a été prévu pour les milliers d’artistes, écrivains et travailleurs culturels que nous représentons. Ces milliers d’artistes et de travailleurs, qui animent au quotidien la vie culturelle sur l’ensemble du territoire québécois, ont été oubliés, ou pire, ignorés par le gouvernement actuel », a déclaré Stanley Péan, au nom du Mouvement pour les arts et les lettres.

« Il y a quelques jours à peine, nous nous réjouissions de la décision de ce gouvernement, confirmée d’ailleurs dans le budget d’hier, d’apporter une aide récurrente à notre industrie du cinéma. Nous avions alors cru que nos dirigeants politiques avaient compris qu’un financement récurrent avait des effets structurants sur les activités culturelles et que cette vision faisait désormais partie du projet des Libéraux de mettre fin aux crises endémiques dans nos secteurs d’activité. Nous espérions que le budget 2007 accorderait au Conseil des arts et des lettres du Québec une augmentation significative et récurrente. La déception est amère ! », a poursuivi le porte-parole du M.A.L.
 
« Nous ne pouvons que constater le triple reniement du parti politique actuellement au pouvoir.  Premier reniement : dans son programme 2003 en matière de culture, intitulé De rempart à tremplin, le Parti libéral du Québec faisait de l’amélioration des conditions de vie et de pratique des artistes et travailleurs culturels l’un de ses chevaux de bataille.  Quatre ans plus tard, nous attendons encore !  Deuxième reniement : à la même époque, l’actuelle ministre de la Culture et des Communications, madame Line Beauchamp, promettait de rompre avec la tradition des solutions à court terme, des programmes discrétionnaires sans effets structurants pour les milieux des arts.  Quatre ans plus tard, nous attendons toujours !  Troisième reniement : le Premier ministre Charest affirmait jadis que l’épanouissement de l’identité québécoise était l’une des cinq missions essentielles de l’État.  Quatre ans plus tard et après le budget d’hier, il ne nous est plus permis de croire que cet engagement à l’égard des artistes, des travailleurs culturels et des citoyens du Québec était sincère », ajoute Stanley Péan.
 
« La proposition d’avenir que nous fait le gouvernement actuel, c’est la permanence de l’aide ponctuelle, la durabilité de la fragilité et la constance de la crise. C’est le désengagement de l’État à l’égard des arts en laissant aux artistes, aux artisans et aux écrivains le fardeau de trouver les fonds manquants auprès du secteur privé. Nous sommes à des années-lumière des engagements libéraux de 2003… », a conclu le porte-parole du Mouvement pour les arts et les lettres.
 
Alors que s’amorcera probablement dans quelques heures au Québec une nouvelle campagne électorale, le Mouvement pour les arts et les lettres souhaite vivement que la question du financement des arts et des lettres fasse abondamment partie du débat.  Depuis l’an 2000, le M.A.L. réclame que le budget annuel du Conseil des arts et des lettres du Québec soit porté à 90 millions $, de façon à ce qu’il puisse œuvrer à la hauteur des exigences de sa mission et répondre aux besoins minimaux du milieu des arts et des lettres.  Le M.A.L. sera attentif aux engagements pris par les divers partis politiques à cet égard.
 
 
 
Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe huit organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent près de 14 000 artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels. Le Mouvement est constitué du Conseil québécois du théâtre, du Conseil québécois de la musique, du Conseil des métiers d’art du Québec, du Conseil québécois des arts médiatiques, du Regroupement québécois de la danse, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, de En piste – le regroupement national des arts du cirque – ainsi que des conseils régionaux de la culture de l’Estrie, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Montérégie, du Saguenay, de la Mauricie, du Centre du Québec, de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, de la Gaspésie et de la région de Québec-Chaudières-Appalaches. 
 
Source :
Mouvement pour les arts et les lettres
Renseignements pour les médias et planification d'entrevues :
info@mal.ca · Tél.: 450 788-3258 · Cell.: 450 880-2562