Date : 14-03-2007

Le message des trois chefs de parti lors du débat d'hier soir : LA CULTURE ? CONNAIS PAS.

Le Mouvement pour les arts et les lettres (M.A.L.) est profondément déçu de constater que le thème des arts, des lettres et de la culture ait été complètement évacué du « Débat des chefs » auquel ont assisté hier soir quelques millions de Québécoises et de Québécois.

 
« Pourtant, cela aurait été une excellente occasion, pour les trois chefs de parti qui aspirent à diriger le Québec de dire à la population quelle est leur vision de la culture et quels sont leurs engagements concrets à cet égard, particulièrement à l’endroit de nos milliers d’artistes, écrivains et travailleurs culturels qui œuvrent sur l’ensemble du territoire québécois », a déclaré Stanley Péan, porte-parole du M.A.L.
 
Ce dernier a ajouté : « Nous avions prié hier, comme beaucoup d’autres, les trois chefs de parti d’aborder le thème de la culture et de faire état de leurs engagement à cet égard, eux qui, en temps normal, n’ont de cesse de souligner le rôle important que jouent les artistes et travailleurs culturels dans le rayonnement du Québec dans le monde.  A l’issue du débat, nous n’avons pu que constater le fait suivant : seuls deux des trois chefs de parti, MM Charest et Boisclair, ont mentionné une fois le mot « culture », alors que M. Dumont ne l’a même pas prononcé.  A l’image de la campagne à ce jour, le débat d’hier soir nous a fait la preuve qu’en matière de culture, c’est le vide quasi absolu ».
 
Le M.A.L. souhaite maintenant que le budget fédéral, prévu pour le lundi 19 mars, comprendra des transferts budgétaires substantiels vers le Québec, ce qui donnera probablement quelque latitude aux chefs de parti quant à des engagements précis en matière d’art, de lettre et de culture.
 
De façon plus particulière, le Mouvement pour les arts et les lettres réclame que les partis en lice dans la présente campagne s’engagent de façon claire et sans détour à l’égard d’une revendication de longue date, soit celle de hausser à 90M$, dès cette année et de façon récurrente, le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec.  Cette revendication, souligne Stanley Péan, est vitale et considérée comme minimale.  La hausse budgétaire réclamée ne s’élève en fait qu’à 22M$, soit moins de 0,008$ par jour par citoyen québécois.  Un somme bien modeste pour donner au CALQ les moyens d’œuvrer à la hauteur des exigences de sa mission et de répondre aux besoins minimaux du milieu des arts et des lettres.
 
 
 
Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe huit organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent près de 14 000 artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels. Le Mouvement est constitué du Conseil québécois du théâtre, du Conseil québécois de la musique, du Conseil des métiers d’art du Québec, du Conseil québécois des arts médiatiques, du Regroupement québécois de la danse, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, de En piste – le regroupement national des arts du cirque – ainsi que des conseils régionaux de la culture de l’Estrie, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Montérégie, du Saguenay, de la Mauricie, du Centre du Québec, de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, de la Gaspésie et de la région de Québec-Chaudières-Appalaches. La mission des conseils régionaux de la culture est d’appuyer le développement des arts et de la culture dans leur région.
 
Source :
Mouvement pour les arts et les lettres
Renseignements pour les médias et planification d'entrevues :
info@mal.ca · Tél.: 450 788-3258 · Cell.: 450 880-2562